La Terre du Milieu : L’Ombre du Mordor

0

Bonjour à vous mes petits geeks !!

Me revoilà pour vous présenter aujourd’hui une offre exclusive ! La Terre du Milieu : L’Ombre du Mordor !

Ce que je préfère lorsque je joue à La Terre du Milieu : L’ombre du Mordor, c’est cette sensation d’être méga- puissant sans pour autant oublier que je peux échouer quand même. Le jeu dispose de superbes combats fluides, d’un monde beau et de bonne taille, ainsi que de plein d’objets traditionnels du Seigneur des Anneaux à trouver. Mais ce qui le rend si spécial on le doit à l’architecture même du jeu qui constitue son background : une  hiérarchie intrigante d’ennemis qui donnent à chaque victoire ou défaite un sens supplémentaire.

 Une scène d’ouverture brève, mais choquante, installe une ambiance brutale et sombre quand Talion, héros et un ancien ranger de Gondor, est exécuté avec toute sa famille. L’esprit de Talion est alors lié à celui d’un fantôme elfe  est renvoyé vers la Terre du Milieu pour se venger des forces de Sauron. Il s’agit d’une histoire qui n’est pas tout à fait logique pour les experts purs et durs de Tolkien, mais elle est bien pensée. Elle fait bon usage de Gollum et il y a également plusieurs nouveaux personnages mémorables, dont Ratbag, l’Uruk comique qui vous aide à infiltrer l’armée ennemie.

Mon intérêt pour l’intrigue a diminué vers la fin, même si elle expliquait bien pourquoi Talion a des pouvoirs  surnaturels si cools avec son épée, sa dague et son arc. Tout comme dans les jeux Batman de la série Arkham, vous pouvez choisir d’abattre les ennemis furtivement, un à la fois, ou bien de plonger la tête la première dans une bagarre contre des douzaines d’opposants. Ceci afin de leurs mettre la pâtée grâce à une série d’attaques et de contres animés de façon fluide. Mais contrairement à Batman, les combats de Mordor impliquent des décapitations gores et des animations violentes. En dehors des missions prévues par le scénario, il y a peu de zones furtives et de combats distinctement séparés. Au final, c’est libre et séduisant et c’est vous qui décidez.

LA TERRE DU MILIEU : L’OMBRE DU MORDOR

La Terre du Milieu : L'Ombre du Mordor -Edition GOTY

Massacrer de manière acrobatique les affreux sbires de Sauron est aussi facile que ça en a l’air pour Legolas dans  les films de Peter Jackson, et c’est encore plus amusant à faire qu’à regarder. Le combat à l’épée est à peu près aussi agréable, ici, que ne le sont les affrontements dans Batman. Comprenez donc que c’est assez extraordinaire à jouer. Mordor propose des coups plus appuyés que ceux de Batman et permet des coups mortels plus faciles à réaliser, en ce sens que vous n’êtes jamais bloqué dans une animation. Si vous appuyez sur le bouton de contre, Talion abandonne immédiatement ce qu’il est en train de faire et contre instantanément. C’est extrêmement efficace et sensible. Un pouvoir pour ralentir le temps rend aisé les tirs à la tête avec l’arc, que ce soit en mode furtif ou au cœur de la bataille, bien que cela soit limité par les contraintes de munitions et une jauge qui s’épuise (mais qu’il est possible d’améliorer). Et même le système de furtivité est plutôt basique, il est toujours bon d’avoir l’option de réduire quelque peu la horde d’ennemis avant qu’ils ne réalisent votre présence.

Mais ce qui distingue vraiment le ressenti des combats du Mordor de celui des jeux Batman est qu’il est réellement aisé de se retrouver en difficulté, particulièrement dès le début. Si vous laissez les Uruks donner l’alarme dans l’une de leurs forteresses, ou s’il vous arrive tout simplement de croiser quelques grands groupes errants sur la carte densément peuplée, vous pouvez rapidement vous laisser déborder par davantage d’adversaires. Repérer les porteurs de boucliers et les fous furieux maniant la hache (qui sont immunisés contre les attaques frontales) et les tuer en premier s’avère difficile à faire lorsque vous êtes complètement encerclé. La santé ne se recharge pas beaucoup toute seule (avant d’avoir été améliorée) et il se peut que vous succombiez rapidement si vous ne trouvez pas un moyen de fuir.

Les choses sont devenues beaucoup plus faciles après quelques heures de jeu, quand j’ai augmenté de niveau et débloqué une plus grande partie de l’éventail de compétences de Talion. Ceci afin de pouvoir réaliser des enchaînements plus rapidement, exécuter deux ennemis pour le prix d’un et même combattre sur un immense graug rancunier qui croque les Uruks comme des Dragibus. Cela donne une véritable impression de puissance, cependant je ne me suis jamais senti invincible, même si la plupart de mes compétences étaient au niveau maximal.

Et ce qui est vraiment cool avec Mordor, c’est qu’il se passe quelque chose d’intéressant que vous mourriez ou abattiez vos cibles. Si vous tuez un capitaine Uruk, il fait tomber une rune que vous pouvez utiliser pour spécialiser vos armes et avoir des bonus. Certaines d’entre elles ont carrément modifié ma façon de jouer, comme par exemple la rune légendaire qui augmentait de 10 secondes le temps à ma disposition pour frapper à nouveau avant que mon compteur de combos ne se réinitialise. Ou une autre qui m’immunisait contre les attaques qui pouvaient m’empoisonner. Si un uruk quelconque vous tue, même s’il s’agit d’un soldat sans importance, il augmente son niveau, gagne de nouvelles capacités et une armure plus cool. Mais surtout, il gravit les échelons dans la chaîne de commandement de l’armée de Sauron. Du coup, vous êtes certain de retomber dessus plus tard… pour vous venger par exemple. Et il saura vous rappeler sa victoire avec une remarque provocante quand vous vous rencontrerez à nouveau. Cela donne donc du sens à chacune de vos morts.

La plupart des capitaines Uruk ont tendance à mourir trop rapidement pour vous marquer, mais certains l’ont quand même été (parfois, ils survivent même si vous les avez apparemment tués et ils reviennent avec un visage balafré.) Je ne me suis jamais vraiment fatigué des cinématiques qui sont jouées quand un capitaine débarque et qui introduisent une pause dans l’action. Il y a assez de voix différentes et des répliques suffisamment variées pour que j’entende rarement deux fois la même ; et les visages des Uruks sont étonnamment bien animés et expressifs.

Même si la hiérarchie est un système plutôt simple lorsque vous comprenez ce qu’elle fait et réalisez que ces capitaines Uruks ne parcourent pas vraiment la carte en temps réel, il est très agréable de jouer avec. Les Uruks luttent en interne pour le pouvoir et leur rang dans la hiérarchie, et il peut vous arriver d’interrompre leurs duels, fêtes, chasses et autres pour déclencher des combats, tuer des capitaines et finalement faire apparaître les puissants chefs de guerre. Chaque capitaine dispose de ses propres forces et faiblesses attribuées au hasard, ce qui fait de chaque combat quelque chose de légèrement différent du précédent. Je suis tombé sur quelques types qui semblaient invulnérables à presque tout, ce qui était quelque peu dèstabilisant. Une fois même, un combat m’a pris environ 15 minutes, sans interruption, avant que je comprenne que mon adversaire était invulnérable face à mon épée et ma dague. De plus, lorsque je le truffais de flèches pour essayer de le blesser, sa santé se régénérait plus rapidement. Toutefois, elle a fini par descendre grâce à mon acharnement.

Dans le deuxième acte, vous passez de la première carte, morne et marron, à une zone rafraîchissante et plus verte du Mordor. Là, Talion et son compagnon, l’elfe fantôme, réalisent tout à coup qu’ils peuvent contrôler l’esprit des Uruks pour les retourner les uns contre les autres (Ce moment du jeu n’est pas très clair et on dirait que quelque chose a été coupé au montage). C’est encore plus amusant car la capacité à dominer vos adversaires vous permet de leur donner des ordres. Vous pouvez soit lui ordonner de tuer un capitaine, soit de se retourner contre ses comparses. Néanmoins, il peut s’avérer plus difficile de contrôler un Uruk de lui trancher la tête. Dans ce genre de cas, il est plus difficile d’atteindre un des objectifs récurrents du jeu : contrôler l’esprit de cinq chefs de guerre et avancer dans l’histoire. J’adore la possibilité de soumettre l’esprit des lieutenants d’un chef de guerre pour ensuite le tuer et finalement voir votre sbire devenir le nouveau chef. J’ai aussi remarqué que l’effet visuel de contrôle de l’esprit causait quelques ralentissements mais cela ne m’a pas beaucoup gêné.

Terminer les missions de l’histoire, qui sont correctes mais pas forcément enthousiasmantes, doit prendre environ 12 heures, mais l’objectif de tuer, ou dominer, les chefs de guerre est bien plus chronophage et intéressant. Cela m’a pris 25 heures pour venir à bout de cette mission et il me reste encore à accomplir de nombreuses quêtes secondaires qui s’appuient sur la mise à l’épreuve de vos compétences à l’épée, à l’arc et à la dague. Et bien entendu, beaucoup d’objets à collectionner et de faune à tuer sont autant de défis qu’il me reste à accomplir.

Du côté PC, Mordor est également comparable aux jeux Batman de par sa bonne qualité graphique. Il y a même quelques améliorations des paramètres graphiques, parmi lesquelles les textures ultra-haute résolution qui nécessite tout de même 6 GB de mémoire vidéo. Mon seul problème avec cette version réside dans les commandes des menus, pas forcément efficaces, mais la plupart sont personnalisables et on finit toujours par s’habituer même à celles qui ne sont pas customisables.

Enfin, après un jour de jeu sur l’Ombre du Mordor dans sa version Xbox One, je peux sans hésitation le recommander, tout autant que les versions PS4 et PC. Il est vrai que c’est probablement celui qui est le moins beau à voir (mais de peu) et la PS4 tourne à une résolution légèrement supérieure alors que le PC a un meilleur éclairage (selon le niveau de résolution que votre matériel peut supporter, cela va de soi). Quoiqu’il en soit, il tourne à peu près au même niveau que la version PS4 et propose effectivement la même expérience. Les FPS varient de 30 à 60 images par seconde, si l’on exclut les ralentissements occasionnels lors de combats sous contrôle de l’esprit d’un Uruk au milieu d’un grand groupe d’ennemis.

VERDICT

La Terre du Milieu : l’Ombre du Mordor se démarque des autres jeux d’action en monde ouvert en ajoutant une superbe nouvelle couche par-dessus la piste que Batman avait tracée. J’ai été surprise de voir à quel point il intègre bien son excellent système de combat et une grande satisfaction. J’ai eu bien plus de batailles mémorables et imprévisibles grâce à ces chefs de guerre et capitaines aux capacités aléatoires qu’avec les missions scénarisées!

Pour télécharger la version PC , c’est juste en dessous 🙂

Dans certains cas il peut vous être demandé de vérifier votre identité en remplissant une offre, cela survient lorsqu'il y a beaucoup trop de téléchargement par jours pour limiter l'utilisation de robot, ne vous inquiétez pas, remplissez une offre et une fois l'accès au téléchargement déverrouiller, envoyez "QUIT" par SMS au numéro qui vous a envoyer un code précédemment. Vous ne serez pas facturé et vous pourrez profiter du téléchargement gratuitement. 
Share.

Laisser un commentaire